Blog

En direct de la team Opentime...

Avec le mot-clé 'client' nous avons trouvé...

  1. J’ai eu l’occasion il y a quelques semaines de discuter d'Opentime avec Monsieur Fabro, avocat associé chez Harmony Avocats et cofondateur du cabinet Backstage Avocats.

    Backstage Avocats est un cabinet d’avocats d’un genre nouveau, entièrement dédié aux avocats eux-mêmes : un projet novateur et unique !

    Pour Franck Fabro, ce projet pensé en mode start-up a pour objectif d’apporter une expertise complémentaire aux cabinets, proposée par des associés expérimentés sur des sujets variés.

    L’expertise des professionnels de Backstage Avocats s’ajoute donc aux expertises existantes dans le cabinet client, de manière plus ou moins ponctuelle. Trois types d’offres de service sont disponibles :

    • L’offre « collaboration » dans laquelle le client avocat sollicite Backstage Avocats en tant que collaborateur sur certains points précis d’un dossier et sans aucun contact avec le client final.
    • L’offre « partenariat » dans laquelle Backstage Avocats se comporte comme le ferait un associé du client avocat, lorsque ce dernier a besoin de compétences complémentaires sur une mission.
    • Pour finir, l’offre « expertise » qui permet d’obtenir de Backstage Avocats un avis technique sur un point de droit.
    Extrait du site internet de Backstage Avocats

    Un beau projet qui a donc pour objectif de répondre à un besoin identifié par Franck Fabro et ses associés, de partage des compétences et savoirs-faire entre avocats expérimentés.

    Pour mettre en place votre nouveau cabinet, vous aviez donc besoin d’un logiciel de gestion du temps et de l’activité ?

    « Oui, nous avions besoin d’une solution complètement dématérialisée. Nous travaillons de manière délocalisée, c’est aussi ce qui nous caractérise. Nous avions donc besoin d’une solution si possible SAAS, disponible en ligne à tout moment et en tous lieux. »

    Pourquoi avez-vous sélectionné Opentime parmi les différentes possibilités de logiciels en ligne ?

    Franck Fabro a entendu parler d’Opentime par le bouche à oreille.

    « Il nous fallait un logiciel facile d’utilisation, pratique ! »

    « Nous souhaitons grandir, bien sûr, donc il nous fallait aussi une solution qui s’adapte à notre croissance ».

    Les fondateurs ont également noté que l’outil était entièrement paramétrable et accessible avec des prix qui s’adaptent au nombre de collaborateurs et donc à leur croissance future. En termes de confidentialité concernant les projets et clients, Opentime répond à leurs exigences puisque les informations sont stockées en France exclusivement.

    « Nous recherchions un outil flexible de suivi de notre activité avec différentes fonctionnalités qui puissent nous être utiles ! »

    Concernant les fonctionnalités, lesquelles utilisez-vous pour l’instant le plus sur le logiciel ?

    Backstage Avocats n’utilise pas les modules de gestion du personnel RH mais se concentre pour le moment sur la saisie du temps passé, par mission et client.

    « Ce qui nous intéresse c’est à la fois d’avoir la possibilité de facturer à un taux horaire standard ou à un taux horaire différencié qui reflète les niveaux d’expertises correspondant à chacune de nos trois offres de services ».

    Le cabinet utilise également le générateur de factures d’Opentime puisqu’il est parfaitement paramétrable en fonction des besoins spécifiques (vocabulaire, catégories, logo…).

    Dans une logique de gestion de projets, il est également possible que Backstage Avocats soit amené à budgéter les projets directement sur Opentime en ajoutant notamment les coûts divers des missions autres que les simples coûts horaires.

    Puisqu’Opentime est un logiciel entièrement en ligne, quelles sont vos habitudes digitales ? Est ce que vous utilisez d’autres logiciels de droit augmenté, de legal tech ?

    « L’offre de Backstage Avocats est axée sur le "sur mesure" et propose donc de l’analyse. Nous sommes très ouverts et à l’écoute des diverses possibilités offertes par la legal tech, mais il faut trouver le bon emploi et il faut que l’on soit convaincu que cela apporte réellement quelque chose. »

    Qu’aimeriez-vous en plus sur Opentime ?

    « Une fonctionnalité peut être intéressante, c’est celle de pouvoir fonctionner comme un CRM en établissant un lien entre les données présentes dans Opentime et notre système de softphone » pour que le dossier/la mission du client apparaisse à l’écran lorsqu’il nous appelle et que l’on obtienne ainsi instantanément une parfaite vision sur les projets en cours.

    En termes de CRM, Opentime permet déjà de gérer les contacts, le calendrier et les événements concernant les clients et projets.

    Opentime, logiciel de gestion de temps et de l'activité

    Avez-vous fait ou souhaitez-vous faire des évolutions sur le logiciel ?

    Les associés n’ont pas encore fait d’évolutions sur le logiciel par manque de temps au vu de la création récente de leur cabinet et des premières missions qu’ils sont amenés à réaliser.

    « Avec d’autres logiciels, on nous a fait miroiter des interfaces intégrant du CRM etc. C’était attractif mais il y avait des points qui n’étaient pas conformes, comme le fait de ne pas être hébergés en France. »

    Un des autres objectifs de Backstage Avocats serait l’interface entre Opentime et un logiciel de comptabilité pour assurer une meilleure conformité des factures notamment au niveau de la réglementation applicable en matière de TVA, en particulier avec la mise en œuvre de l’obligation de facturation électronique en 2023.

    Vous avez fait des formations à vos collaborateurs pour prendre en main Opentime ?

    Pour l’instant seuls Franck Fabro et Fabienne Clavez exercent dans le cabinet, mais il a vocation à se développer rapidement.

    « Nos collaborateurs auront à utiliser Opentime uniquement pour gérer leur temps donc la formation sera assez rapide. S’ils prennent des responsabilités, ils feront peut-être de la facturation et ce sera assez simple de les former nous-même mais un tutoriel pourrait être un plus. »

    Franck Fabro souligne aussi la réactivité d’Ophélie en cas de besoin : « Jusqu'à présent, j’ai toujours pu constater qu’Ophélie était toujours très disponible. Elle est très réactive, nous avons énormément apprécié cet aspect dès le début. »

    « La disponibilité et l’agilité de petites structures telles que la vôtre et la nôtre sont des choses que nous apprécions et que nous recherchons. »

    Recommanderiez-vous le logiciel notamment à d’autres cabinets d’avocats ou de conseil ?

    « Oui ! Les cabinets ne sont pas toujours à l’aise avec tout ce qui est nouveaux outils. C’est pour cela qu’il y a beaucoup de solutions d’outils tout intégré, mais c’est beaucoup moins flexible que ce que permet Opentime. »

  2. « Trusted Data, Useful Innovation », de la data qualifiée et de l'innovation utile, le slogan de AAA Data, chez Opentime ça nous parle !

    Nous sommes heureux de compter parmi nos clients fidèles, l'entreprise AAA Data présente dans l’intégralité de la chaîne de valeur de la Data. J’ai discuté il y a quelques semaines avec Nicolas Minos, Directeur Adjoint des Systèmes d’Information, sur le rôle que prend Opentime dans leur organisation.

    Pouvez-vous me présenter votre activité en quelques mots ?

    « Depuis 60 ans, nous donnons du sens à la data et la rendons utile pour délivrer à nos clients les meilleurs éléments de décision. Par exemple, nous récupérons des données depuis le système d’immatriculation des véhicules du Ministère de l’Intérieur. Nous hébergeons ces données, les traitons et les valorisons pour fournir le marché automobile français, des données techniques pour des clients comme Norauto, Assureurs, Banques… »

    « Nous mettons en place des solutions 100% en ligne pour obtenir des fichiers automobiles d’adresses et téléphones ultra-ciblés. Nous réalisons également de l'analyse prédictive pour anticiper le comportement des futurs clients de nos partenaires ou être en capacité d’identifier les facteurs d’un achat (automobile, immobilier,....) ».

    
AAA Data c’est donc une entreprise avec pour coeur de métier la data, qui la valorise et la densifie en fonction des besoins de ses partenaires et clients.

    Comment avez-vous découvert Opentime ? Comment faisiez-vous avant ?

    « Opentime est chez nous depuis 2 ans. Avant d’être sur Opentime nous avions une autre application relativement coûteuse par rapport à notre utilisation quotidienne ».

    L’équipe de AAA Data a donc prospecté auprès de différents logiciels de gestion de temps pour finalement sélectionner Opentime pour ses caractéristiques qui correspondaient bien à leurs besoins.

    « Au début, ce fut un peu compliqué parce que beaucoup de représentants d’équipes sont rentrés dans un niveau de détail trop fin ».

    La DSI de l’entreprise a donc porté un projet de reconstruction il y a un an pour revoir la structure des activités. L’objectif était de simplifier et personnaliser l’interface pour mieux répondre au besoin métier. Il a fallu sonder les collaborateurs, et convaincre la direction sur l’utilité de faire évoluer l’arborescence des projets. La difficulté se situant sur comment revoir cette structure sans tout casser, alors qu’avec Opentime, la personnalisation peut être vraiment simple !

    « Nous avons mis un objectif à chaque collaborateur pour que le temps soit rempli chaque semaine en cohérence avec ce qu’ils font au quotidien. Nous avons besoin de tracer le temps passé sur chaque projet pour suivre les coûts de développement de nos produits ».

    Une fois les activités réorganisées, ils souhaitent prochainement mettre en place le suivi du plan de charge afin de passer sur un mode proactif avec la gestion des équipes en prévisionnel.

    « Avant les salariés remplissaient leur temps par obligation. Maintenant, nous avons mis en place des reportings nous permettant de suivre l’avancée d’un projet, anticiper une dérive de budget liée à des retards... un véritable avantage pour les chefs de projets dans leurs missions au quotidien ».

    Vous avez fait des formations à vos collaborateurs ?

    « Pas de formations mais on a créé des profils types pour se repérer. À chaque nouvel arrivant, je crée l’utilisateur et le chef de projet fait un accompagnement de 20 min sur la prise en main de l’outil ».

    Avant les modifications de cette dernière année sur l'instance AAA Data, chaque utilisateur du logiciel voyait toutes les activités et certains pouvaient se perdre. Désormais, les salariés ont un petit accompagnement pour leur montrer comment se connecter et se repérer dans leur instance personnalisée qui ne comporte que ce qui les concerne.

    Qu’est-ce-que vous utilisez le plus sur le logiciel ?

    Monsieur Minos m'informe que chez AAA Data, la fonctionnalité la plus utilisée est celle du temps. Le reporting est également utilisé pour le suivi de la validation et des projets.

    Au sein de leur instance sont intégrées toutes les personnes concernées par le projet : collaborateurs, prestataires, internes…

    Les dernières évolutions ont été réalisées en communiquant avec l’équipe technique d’Opentime qui a démontré la possibilité de trouver des solutions techniques comme la duplication : « lors de la création d’activités, de sous activités et de prestations, avant, chaque item était créé manuellement, mais grâce à la duplication, nous avons gagné un temps fou ! ».

    Si faire évoluer le logiciel peut paraître compliqué et long à premier abord, on se rend vite compte qu’en utilisant les possibilités techniques, c’est beaucoup plus rapide.

    Qu’aimeriez-vous en plus sur le logiciel ?

    Avec la crise sanitaire et la mise en place renforcée du télétravail, AAA Data était dernièrement à la recherche d’un outil de time tracking pour suivre le droit à la déconnexion.

    « Nous avons eu la présentation par Ophélie de la partie pointeuse d’Opentime, insérée à l’onglet temps. Nous avions besoin d’un petit bout de logiciel installé sur le PC, sur lequel cliquer pour démarrer et stopper sa journée et qui comptabilise le temps de travail via un reporting pour notre DRH ».

    Sur Opentime, la pointeuse est en effet différente puisqu’elle est plus précise et il faut ouvrir le logiciel. « Chez AAA Data, les gens remplissent le logiciel en fin de semaine et pas tous les jours donc on ne voulait pas leur imposer de se connecter chaque jour sur le site ».

    « Nous aurons certainement de nouveaux besoins quand nous allons utiliser la fonctionnalité du plan de charge pour confronter le planifié au réalisé ».

    « Nous avons également un besoin côté technique pour gérer les mots de passe des utilisateurs et les renouveler directement via Windows ».

    Sur ce dernier point, il est en effet possible de lier Opentime à l'annuaire LDAP de l'entreprise.

    Recommanderiez-vous le logiciel ?

    « Je dirais qu’on a eu beaucoup de mal au départ puisqu'on avait une organisation qui pouvait être simplifiée sur Opentime mais à partir du moment où on se retourne vers vos équipes techniques et que nous sommes bien accompagnés, on peut faire de très belles choses avec l’outil. On ne doit pas vouloir porter sa construction et son paramétrage tout seul », il faut s’appuyer sur l’équipe technique toujours disponible pour comprendre notre besoin et trouver une solution simple pour sa réalisation.

    « Aujourd’hui tous les collaborateurs se sont remis à utiliser le produit sans aucune réticence.Tous les acteurs sont convaincus de son utilité et de sa pertinence ».

    Monsieur Minos souligne également sa grande satisfaction de la réactivité des équipes supports :

    « si le besoin n’est pas clair, on s’appelle, à chaque fois j’ai des réponses de Perrick et d’Ophélie qui sont incroyablement réactifs ».

  3. Nous sommes heureux de compter parmi nos clients fidèles l'entreprise de distribution de gaz naturel GRDF. Embarqués dans l'aventure Opentime depuis 2012, ils reviennent avec nous sur ce parcours et leur utilisation actuelle du logiciel. J'ai eu le plaisir pour l'occasion de discuter avec Cécile Laroussiene qui travaille en accompagnement du pilotage gestion et logistique chez GRDF.

    Pouvez-vous me présenter votre activité et votre métier en quelques phrases ?

    « Je suis Cécile Laroussiène, je travaille depuis septembre 2006 chez GRDF en tant que consultante ».

    Cécile travaille en appui au pilotage du domaine. Elle s’intéresse au nombre de jours des consultants tandis que d’autres équipes s’occupent des activités budgétaires.

    « Je connais depuis très longtemps l’outil puisque avec deux autres personnes, je suis celle qui a fait entrer Opentime chez GRDF ».

    Opentime c’est chez vous depuis quand ?

    Opentime est en effet chez GRDF depuis 2012.

    « A cette époque, nous avions de nouveaux besoins, on utilisait encore les CRA papier…C’est pas très pratique et pas très sécurisé ! Nous avons eu la visite de Monsieur Penet sur le site qui a présenté l’outil et alors on a embarqué sur l’utilisation d’Opentime ».

    « Et puis on en est contents puisqu’on l’a toujours ! ».

    Quelles sont vos habitudes digitales chez GRDF ?

    Chez GRDF, le digital est beaucoup utilisé notamment à la DSI, ce n’est donc pas un problème pour utiliser et gérer Opentime.

    Comment fonctionne Opentime chez vous ?

    « Nous on travaille pour la DSI de GRDF. Chez GRDF, il y a plusieurs domaines, des très grosses équipes sur des secteurs particuliers au sein de la DSI (SIDC). Au sein de notre domaine il y a ensuite plusieurs équipes, qu’on appelle des pôles qui sont catégorisés en fonction de l’activité ».

    On pourrait donc dire qu’il y a une vie Opentime globale au domaine et une vie propre aux différentes équipes dans l’instance GRDF et chaque entité est matérialisée dans l'outil Opentime pour plus de personnalisation.

    Quelles fonctionnalités vous utilisez le plus sur le logiciel ?

    GRDF utilise tout d’abord le module de temps du logiciel.

    « Tous les mois on demande aux consultants externes de saisir leurs temps et activités sur l’outil Opentime. Cela nous permet ensuite de vérifier et contrôler ce qui a été saisi et on communique avec la comptabilité (logiciel spécifique à GRDF) pour facturer ce temps. Le gros de notre activité est donc la gestion des temps ».

    Sur Opentime, Cécile s’occupe également de la configuration de l’instance pour les équipes. Il s’agit en effet de rajouter des profils, des ressources. Dès qu’il y a un problème administratif elle vient en appui.

    Elle utilise également l’onglet Reporting pour connaitre ce qui a été fait sur différents critères et répondre à des questions comme « Quel valideur s’occupe de combien de ressources ? ».

    GRDF utilise également Opentime sous un autre angle, le suivi budgétaire, pour gérer les projets.

    Vous avez fait des formations à vos collaborateurs ?

    « On avait créé il y a quelques années un PowerPoint avec un pas à pas simplifié pour indiquer la marche à suivre pour renseigner les temps et demander la validation. Quand une nouvelle ressource arrive, je créé le compte Opentime et j’envoie le mail avec ce PowerPoint pour m’assurer que la prise en main soit simple ».

    Et vous comment vous le gérez au quotidien ?

    « Avec mes collègues on est trois ou quatre administrateurs dont un qui s’occupe uniquement de la partie budgétaire. On s’est créé un mode opératoire d’administrateur. ».

    Chaque entreprise a en effet des cas de figure un peu particuliers comme la mise en place de la délégation de validation qu’il convient de gérer en interne pour se faciliter la tâche.

    « On a donc un super protocole que l’on suit, que l’on s’est créé et que l’on alimente tout le temps ».

    Et quand vraiment ça ne va pas, s’il y a un bug surtout, Cécile n’hésite pas à contacter Ophélie par mail ou par téléphone pour avoir de l’aide.

    Qu’est-ce-que vous pensez qu’Opentime vous apporte au quotidien ? Il est bien installé chez GRDF ?

    « Il y a un an ou deux, il a été question de se séparer de cet outil pour des questions juridiques ».

    Au final, une entente a été trouvée avec les autres instances en sachant que les informations étaient sécurisées sur le logiciel.

    « Je me suis battue bec et ongles pour le garder car Opentime est simple et facile à utiliser ! »

    En plus, Cécile considère qu’au fur et à mesure des années, elle a connu une montée en compétence dans la gestion du logiciel avec ses collègues et pour former d’autres personnes donc il aurait été difficile de repartir de zéro. Elle est donc ravie d’avoir pu garder Opentime comme outil de gestion.

    Qu’aimeriez-vous en plus sur le logiciel ?

    « Très honnêtement, la façon dont il a été mis à notre disposition nous convient. Certains onglets ne sont pas utilisés mais très peu. Quelques petites améliorations pourraient éventuellement être faites mais avec la situation économique difficile en ce moment, ce n’est pas notre priorité ».

    « En l’état actuel des choses, le logiciel nous convient donc totalement comme ça mais on ne s’interdit pas de le faire évoluer dans les prochaines années ».

    Recommanderiez-vous le logiciel ?

    « Bien sur, c’est un logiciel que je recommanderais tout à fait ! ».

  4. Utiliser un outil de CRM, c’est mieux gérer les besoins de vos clients, et vos réponses. Mais alors comment utiliser Opentime en tant que CRM ?

    Un outil de customer relationship management est avant tout un outil indispensable pour gérer toutes les informations et les renseignements utiles dont vous disposez sur vos clients et prospects en les regroupant dans un lieu unique. C’est un outil très précieux puisqu’il permet d’optimiser la productivité du service client : il joue ainsi un rôle sur l’optimisation du suivi de l’activité et du chiffre d’affaires.

    Un outil de CRM doit être bien organisé pour être réellement utilisable par les différents services de votre entreprise.

    En effet, c’est un moyen qui a du sens pour bon nombre de services : le service marketing (amélioration du ciblage et des campagnes), le service après vente (personnalisation des échanges et des demandes clients), la direction (connaissance des clients pour une meilleure stratégie qui répond aux besoins) et le service commercial (meilleur suivi des demandes et de la satisfaction client pour répondre aux attentes).

    En plus d’être organisé, c’est donc un outil qui doit être accessible par ces différentes parties prenantes en mettant le client au centre des démarches.

    Mais alors, comment utiliser Opentime pour gérer les clients et prospects de votre entreprise ?

    Parmi ses diverses fonctionnalités, Opentime permet en effet d'optimiser votre suivi des clients et prospects en tant qu'outil de CRM.

    Les contacts

    Première étape, ajouter un contact en précisant toutes les informations qui vous sont utiles notamment concernant l'entreprise et les moyens de le contacter.

    Vous pouvez ensuite rechercher ce contact dans votre base de données en utilisant le filtre sur plusieurs critères : nom, entreprise, catégorie, fonction...

    Ajouter un contact

    Les évènements

    Deuxième étape, créer un évènement lié à ce contact en complétant la fiche de rendez-vous aussi précisément que vous le souhaitez.

    Vous pouvez indiquer le client et le projet concerné, les personnes concernées, la date et l’heure mais aussi des détails à la suite de l'entretien pour un suivi des demandes personnalisées.

    Ajouter un évènement

    Le calendrier

    Troisième étape, vérifier que l’événement est bien dans le calendrier. Il apparaît dans le calendrier des utilisateurs et dans celui du projet concerné.

    Calendrier des évènements

    Au final vous serez capable de suivre chaque évènement lié à ce contact avec chaque modification au fur et à mesure, la traçabilité étant complète en cas de vacances, de départ, etc.

    Et bien sûr vous pouvez en plus lier ces contacts avec les clients et les projets, ce qui permet un suivi fin du temps passé et une prise de contact simple et rapide.

    Ajouter un accès invité pour les contacts clés

    En ajoutant un plugin supplémentaire à Opentime, vous pouvez également créer un droit d'accès à l'interface Opentime pour vos contacts extérieurs.

    Chacun de vos clients ou partenaires pourra ainsi être associé à un dossier et collaborer avec votre entreprise via son accès à l'interface Opentime.

    N'hésitez pas à nous contacter sur ce point pour que nous étudions ensemble vos besoins précis.

  5. Nous sommes heureux de compter parmi nos clients fidèles certaines business units de la multinationale française Veolia. J’ai pu rencontrer il y a quelques semaines Thierry Quesneau, responsable du contrôle des ressources opérationnelles dans l’entreprise de services de gestion d’eau, de propreté et de services énergétiques (Veolia IST).

    Opentime c’est chez vous depuis quand ? Et ça a été mis en place depuis que vous êtes là ?

    « Ce compte a été créé en 2018, mais ça n'était pas moi au début, je l'ai repris en septembre 2019. La gestion des temps est un sujet que j'ai déja beaucoup travaillé chez Veolia sur d'autres systèmes, mais sur Opentime j'ai travaillé pour définir un certain nombre de choses sur la façon d'utiliser le logiciel. Il y a eu beaucoup d'évolutions de faites à partir de la version de base ».

    Comment se passent ces développements ? Ces nouveautés que vous ajoutez ?

    « No Parking c'est une petite boite, on a de très bons rapports, notamment parce qu'il y a une excellente réactivité ».

    Monsieur Quesneau travaille surtout avec Laury, développeuse et Ophélie, customer success manager de la team Opentime.

    « Ça se passe très bien et on a réalisé beaucoup d'améliorations, le logiciel à beaucoup évolué, il s'est complexifié un peu à cause de l'activité puisqu'on manipule beaucoup de projets informatiques ».

    En effet, Opentime est un logiciel qui a la force d’évoluer en fonction des besoins de nos clients s’ils sont réalisables. Avez-vous quelques exemples de nouveautés sur votre instance par rapport à la version basique d’Opentime ?

    « Nous sommes un organisme très matriciel. Ce qu'on a mis en place c'est donc une validation à deux étapes ».

    L'idée est que lorsqu'une personne travaille par activité, elle est pilotée par sa propre équipe ou une autre équipe. Il y a donc, sur leur instance, une validation des temps d'une part par le responsable de l'activité et d'une autre par le manager.

    Ce logiciel est « essentiel dans le travail de l'administrateur pour suivre ce qu’il se passe et pour les managers pour avoir un bon suivi ».

    Beaucoup d'autres choses on été ajoutées comme la création d'un graphique qui permet de challenger les équipes dans la rapidité de la saisie des temps. La notion de suppléance à également été concrétisée avec la possibilité de se faire remplacer en tant que manager afin d'approuver les activités, temps et congés durant une période de congés.

    Un autre point important qui a été concrétisé dans Opentime est le compte rendu de prestation mis en place pour pallier aux délits de marchandage avec les personnels externes. Le document qui ressort de cette mise en place est envoyé automatiquement à la société, aux fournisseurs et au manager pour un suivi efficace.

    « C’est un véritable gain de temps et ça a été totalement intégré à Opentime sous format presque identique à ce que j'avais imaginé il y a quelques années ».

    Qu’aimeriez-vous en plus sur le logiciel ?

    A Veolia, les besoins sont variés et ils évoluent à travers le temps. Thierry Quesneau réalise donc une liste de ses besoins sur une période avant d’en parler avec Perrick ou Laury.

    Une nouvelle demande qu'il va réaliser prochainement concerne le fait de pouvoir avoir un filtre rapide en haut à gauche de la page liste des utilisateurs. C'est un filtre de trigramme ou de nom qui doit être intelligent et qui reconnaitrait l'un ou l'autre en fonction du nombre de lettres saisi.

    Thierry Quesneau insiste sur le fait que lorsque des améliorations sont demandées, il faut toujours faire attention que ça ne pénalise pas les performances du logiciel.

    Et pour ce qui change, vous faites des formations à vos collaborateurs ?

    « Pour tout ce qui est création d’activité seulement moi ou deux de mes collègues sont concernés donc les explications sont relativement rapides ».

    Au niveau des utilisateurs, il s'agit par contre de changements sur la saisie des temps donc cela demande bien sur quelques explications.

    Recommanderiez-vous le logiciel ?

    « J'en suis très content, ce logiciel marche bien, il a une bonne réactivité aux problèmes et au développement » et « je recommande fortement le produit ».

    Comme tout logiciel, Thierry Quesneau note qu'il faut qu'il soit encore plus testé avec des tests fonctionnels de cohérence dans la globalité du logiciel avant de mettre en place une nouvelle fonctionnalité pour que ce soit parfait même si c'est déja très satisfaisant de ce côté-ci.

    Veolia IST a ainsi conseillé Veolia VWT qui utilise déja Opentime à développer une version plutôt similaire à celle développé en partenariat avec Monsieur Quesneau puisqu'ils ont des besoins proches.

    Quelles sont vos habitudes digitales en entreprise ? Vous utilisez beaucoup internet et l’outil informatique chez Veolia ?

    « J'ai fait du développement pendant assez longtemps alors c'est quelque chose qui me parle beaucoup, mais un truc difficile à faire comprendre dans Opentime pour les équipes c’est surtout qu’après avoir saisi les temps il faut demander la validation. Et beaucoup oublient ou ne pensent pas à cette deuxième partie ».

    Qu’est-ce-que vous utilisez le plus sur le logiciel ? Quelles fonctionnalités ?

    Veolia IST utilise uniquement le module de suivi de temps, pas celui de suivi de projet même s'il pourrait être amené à servir.

    Est ce que vous pensez l’utiliser de plus en plus ?

    Selon Thierry Quesneau, ils seront amenés à l'utiliser toujours plus car il y a toujours plus de manières de le rendre plus précis. Aujourd'hui par exemple, il est capable de représenter la vue matricielle par une analyse d'Opentime via Google Data studio.

    La team Opentime remercie chaleureusement Thierry Quesneau pour sa fidélité, son implication et cet échange. Un vrai plaisir de discuter avec vous sur vos besoins et vos avancées à travers Opentime. Nous sommes ravis de continuer avec vous cette aventure Opentime !

  • page
  • 1